The Division : immersion au coeur du chaos urbain [Ubisoft]

Après deux mois d’absence, je pense qu’il était grand temps de reprendre un peu d’activité et de publier une toute nouvelle analyse jeux vidéo ! Après ma dernière analyse sur le jeu Destiny, j’ai décidé de vous parler d’un tout autre univers, celui de « The Division ».

Titre plus qu’attendu parmi la communauté de joueurs, nulle doute qu’Ubisoft s’était longuement préparé à une année record pour fêter dignement ses trente-ans.

Devenu en quelques heures le titre le plus vendu de son histoire, il est temps pour moi de vous parler de The Division, le jeu dont tout le monde parlait. Ayant rencontré un fort succès, c’est avec grand intérêt que j’ai moi même cédé à la fièvre Division pour voir de mes propres yeux ce qui le distinguait des autres jeux. Attention, je précise que l’univers de Division étant assez vaste, je me suis permise de sélectionner les points que je souhaitais développer dans cette analyse.

 


La ville de New-York, théâtre d’une guerre urbaine

il_570xN.902517826_di5v.jpgNe possédant pas de grandes complexités scénaristiques, l’histoire de The Division est assez simple à comprendre. Une attaque à l’arme biologique a eu lieu en plein Black Friday aux Etats-Unis, plongeant ainsi le pays dans une crise sans précédent.

La ville de New-York, elle-même en pleine tourmente, est tombée peu à peu sous le joug de criminels prêts à tout pour gardez la main sur ce chaos urbain.

Dans cet environnement apocalyptique, vous incarnerez un agent de la Division (soit un homme soit une femme) qui aura pour mission d’établir une base d’opération, de reprendre le contrôle de la ville en proie à des éléments hostiles et d’aider le gouvernement à trouver une solution durable pour arrêter la menace pesante ainsi que la propagation du virus mortel.

Le scénario est en soi plutôt simpliste mais efficace, on ne sait pas grand chose quant aux personnes qui ont commandité cette attaque, toutefois ce qui est sûr c’est qu’il n’est plus possible de faire marche arrière et qu’un long combat va s’engager entre vous et vos ennemis.

 

Analyse du gameplay

 

the-division-stuff-on-map

La map générale du jeu est assez vaste et se découpe en deux sections:

Vous avez dans un premier temps la première section où vous effectuerez vos missions principales et secondaires dans des quartiers emblématiques de la ville de New-York, puis vous avez la deuxième section représentée en rouge nommée Dark Zone (une zone que je développerai dans une tout autre partie de l’analyse).

L’un des atouts charme du jeu c’est plus particulièrement la météo dynamique qui vous garantie une immersion totale en plein coeur de New-York.

Tantôt il neige, tantôt le soleil brille, en bref la météo s’invite dans la partie et peut à tout moment ralentir votre progression dans cette grande ville notamment lorsqu’une tempête de neige fait soudainement rage (réduisant considérablement votre visibilité ce qui rend donc l’utilisation du sniper..quelque peu compliqué pour ne pas dire impossible).

En ce qui concerne le gameplay de The Division, ce dernier est assez simple, la touche Y pour changer d’arme, gâchette gauche pour viser, gâchette droite pour tirer, X pour recharger, la touche B pour donner des coups de crosse et le pavé de gauche (sur manette Xbox) pour sélectionner les grenades (électrique, incendiaire, fumigène etc.) ou des provisions qui vous permettront d’améliorer votre efficacité et/ou votre résistance sur le terrain (de façon temporaire). Jusque là tout va bien !

The Division est un jeu qui mêle plusieurs styles : action avec un soupçon d’RPG en open-world, le tout accompagné d’une vue à la troisième personne. Autant dire qu’il est difficile de le classer dans une seule et même catégorie.

Dans ce jeu (comme je l’ai déjà évoqué auparavant) vous incarnez un agent de la division qui en effectuant des missions principales ou secondaires, se verra attribué des points d’expériences et du crédit (la monnaie du jeu) qui vous permettront d’améliorer et/ou d’acheter des armes et de l’équipement (gilet par-balle, gants, genouillères, masque, sac etc.). Dans The Division, vous avez la possibilité de porter trois armes différent (fusil d’assaut, mitraillette, fusil à pompe, sniper etc.) dont une arme de poing.

Jusque là je pense que mes explications sont assez claires du mois je l’espère.

Alors en lisant ma précédente phrase vous vous demanderez très certainement: comment fait-on pour gagner des points d’expérience/crédit ?

Lorsque vous effectuez une mission principale, une fois cette dernière accomplie, un certain nombre de point EXP vous seront attribués ainsi que du crédit, toutefois il y a un paramètre à prendre en considération. Si par hasard, vous décidez de comparer les points EXP gagnés lors des missions principales et secondaires vous remarquerez avec surprise qu’effectuer des missions secondaires rapportent plus d’expérience que dans les missions principales.

Pourquoi ? Peut-être parce que les missions secondaires sont étroitement liés avec le but du jeu, trouver un remède pour éradiquer le virus qui a été propagé lors de l’attaque du Black Friday.

 

Les missions principales et secondaires

the_division_chro.jpg

Le système de jeu est basé sur un open-world. Ce qui a joué un rôle important dans la renommée de The Division c’est de pouvoir évoluer dans un univers de taille conséquente, de quoi rallonger la durée de vie du jeu et faire perdurer l’expérience vidéoludique du joueur. Toutefois, pour ouvrir le dossier « des missions », il est nécessaire que je vous parle des ennemis que vous devrez affronter.

Ces derniers se séparent en quatre factions:

Factions-sheet_238157.jpg

En tout objectivité et sachant que The Division fait partie de la digne lignée des Tom Clancy’s, on aurait plutôt tendance à s’attendre à un jeu qui s’inscrive dans la continuité réaliste d’un Splinter Cell ou d’un Ghost Recon traditionnel. Force est de constater que les ennemis survitaminés font parties des points négatifs de The Division.

En effet ces derniers ne peuvent être vaincu à l’aide d’une seule et même balle en pleine tête, les éliminer deviendra au fur et à mesure une tâche très fastidieuse. Il vous sera donc indispensable de surveiller vos munitions tout au long du jeu car plus votre personnage gagnera en expérience et plus vos ennemis deviendront à leur tour coriaces.

De plus, dans chaque missions principales vous affronterez à la fin un boss final qui sera très difficile à éliminer. Là encore, nous pouvons remettre en cause le manque de réalisme de ces ennemis qui sont pratiquement surhumains dans le sens où vous avez beau leur tirer dessus à bout portant avec un fusil à pompe ou tenter le headshot avec un sniper, ils seront toujours bien présents et en forme pour vous tirer dessus et faire descendre votre barre de vie en maximum deux coups.

Alors certains diront que des « éléments hostiles » cheatés pourront au contraire amener un peu de piquant dans l’aventure; d’autres diront que le challenge n’en sera que plus grand et plus palpitant.  Il est vrai qu’un peu de difficulté dans un jeu ne fait qu’accroître l’envie de se surpasser et de venir à bout de ses ennemis.

Cependant, dans le cas où The Division s’inscrivait dans la catégorie des jeux dits réalistes (un environnement urbain convainquant, une météo dynamique etc.), devoir faire face à des ennemis qui parviennent à vous abattre facilement malgré un arsenal digne de Rambo et un équipement plus qu’optimisé devient très rapidement frustrant et fatiguant.

Ceci étant, parlons des missions !

Les missions principales

Les missions principales consistent principalement à frapper fort l’ennemi, reprendre le contrôle de la ville et de ses nombreux quartiers et d’éliminer la menace hostile exercée par les combattants ennemis: les émeutiers, les nettoyeurs, les Rikers etc.

Les missions secondaires

Les missions secondaires quant à elles se distinguent des missions principales dans le sens où elles consistent à rétablir les moyens de communication rompus volontairement par les combattants ennemis, apporter du soutien à la JTF (vous vous rendrez compte très rapidement que les membres de la JTF ne vous seront malheureusement pas d’un très grand secours), faire des analyses du virus dans le but de trouver un remède mais aussi protéger les stocks de ravitaillement (nourritures, médicaments), délivrer des civils pris en otage dans divers lieux et prendre d’assaut des forteresses tenues par les ennemis.

Vous devrez aussi trouver les différentes bases d’opération (eh oui cela fait partie des missions secondaires à effectuer).

Le quartier général

La plus grande base d’opération que l’on peut qualifier de QG est un point de ralliement incontournable. Vous pourrez et devrez améliorer cette dernière en terme d’équipement (médicale, sécurité et moyens technologiques) qui permettront à la fois d’avancer dans la lutte contre la propagation du virus mais aussi de démanteler tous les réseaux ennemis qui empêche la progression de la Division et la JTF dans la reprise du contrôle de la ville.

Pour améliorer les différentes zones de la base d’opération, il sera nécessaire d’effectuer des missions secondaires qui comprendront dans les récompenses des points d’EXP et d’amélioration de la zone médicale/technologique ou sécurité.

Il sera aussi possible d’acheter/optimiser votre matériel (votre équipement et vos armes) mais aussi de les revendre car oui, il y a une limite à ne pas dépasser concernant le nombre de matériel que vous pouvez transporter dans votre sac. Selon la capacité de stockage de votre sac de provision, vous pourrez transporter soit 40, 50 (ou plus) objets.

Il est évident que pour progresser comme il se doit, il vous faudra choisir un équipement ainsi que des armes proportionnels à votre niveau d’expérience. Par exemple, si votre agent a atteint le niveau 30 mais que vous vous obstinez à utiliser des équipements ou des armes de niveau 5, ne vous étonnez pas si vous peinez à éliminer vos cibles ou si vous devenez plus vulnérable face à vos ennemis. Maintenant que vous êtes à peu près roder avec le système du jeu, il est temps de passer à la zone de jeu que tout le monde attendait et redoutait, la Dark Zone.

La Dark Zone

E3_DarkZone_Web_206783.jpg

Redoutable lieu de conflits, une zone de guérilla urbaine où les alliances peuvent être à la fois salvatrices mais aussi dévastatrices. Une fois que vous vous aventurez seul dans la Dark Zone la tension y est palpable et ça on adore (ou pas à vous de voir).

Le principe de la zone est simple, c’est une chasse à l’homme dans un environnement urbain où il faut survivre en solo/coopération dans un endroit où les agents sont traqués par les ennemis. Plus vous repoussez les forces ennemis de la Dark Zone et plus vous gagnez des points EXP qui vous aideront à grimper en niveau dans la DZ. Vous pourrez aussi acquérir des fonds DZ (monnaie dans cette zone) qui vous permettront d’acheter des armes plus performantes qui vous aideront à survivre dans ce lieu hostile.

Dans la Dark Zone vous pouvez soit vous aventurer à l’aveugle, c’est-à-dire repousser des vagues ennemis, éliminer des boss puis sortir de la zone ni vu ni connu.

Soit vous pouvez effectuer des missions d’extraction, où vous devrez récupérer des objets/équipements et les extraire de la zone de contamination en repoussant des vagues ennemis plus importantes et plus coriaces. Ainsi le principe de la zone est assez simple, survivre ou être tué, toutefois nous pouvons encore déplorer le niveau de nos ennemis qui s’est considérablement renforcé (notamment avec les dernières mises à jour effectuées par Ubisoft) et qui ne fait que rendre la tâche plus harassante.

Alors, en lisant ceci on pourrait se dire qu’il suffit juste de s’aventurer dans les contrées de la Dark zone avec des coéquipiers. C’est en parti vrai…sauf que ce qui a fait le charme de cet endroit c’est que les amitiés en dehors de la zone de conflit ne sont pas forcément valable une fois passé le seuil du checkpoint. En effet, il n’est pas rare qu’en pleine bataille, un allié se retourne contre vous et vous abatte dans le but de rafler les récompenses notamment dans le cadre d’une mission d’extraction.

Il faut donc garder une chose à l’esprit, ne jamais faire confiance à qui que ce soit dans la Dark Zone car la situation peut basculer à tout moment.

Conclusion de l’analyse

Ubisoft a tenu son pari et a réussi à créé un jeu digne de ce nom.

Le scénario tient totalement la route (malgré le fait que l’histoire ne soit pas assez développée), la tension et le suspense sont deux éléments toujours au centre de l’intrigue. De plus la présence de la DZ, zone de guérilla urbaine en plein coeur de New-York qui confronte les agents de la Division à des ennemis aussi hostiles qu’inattendus (notamment avec les renégats: les alliés qui deviennent des ennemis) est une bouffée d’oxygène. En effet, cette zone permet aux joueurs de tester leurs capacités d’adaptation dans un lieu de conflit seul ou à plusieurs et de jauger leurs adversaires ainsi que leurs alliés qui peuvent se retourner contre eux à tout moment, chose qui diffère des systèmes de PvP présents dans d’autres jeux.

De manière générale, l’univers de The Division est assez vaste, la durée de vie de jeu est satisfaisante cependant nous pouvons déplorer une durée de vie des missions principales assez courtes, des bugs persistants en dépit du nombre de maintenances (effectuées tous les jeudi) et de mises à jours qui sont faites très régulièrement.

Le jeu possède de solides points positifs cependant, ce qui fait défaut au réalisme de ce dernier reste bien évidemment le niveau des ennemis qui parfois relève du surhumain.

De plus leur niveau c’est fortement accru depuis la dernière grande mise à jour d’Ubisoft ce qui n’a fait que rendre la tâche deux fois plus fastidieuse.

Les notes

Scénario: 12/20 – Un pays tout entier plongé dans la tourmente après l’attaque à l’arme biologique lors du Black Friday, un scénario digne d’un film toutefois ce dernier reste très peu exploité et approfondi (à mon goût). En effet, au fil du temps nous n’apprenons que peu de choses et l’histoire stagne un peu ce qui est fort dommage.

Graphisme: 16/20 – La météo dynamique fait le charme du jeu, en effet elle peut vous aider, mais elle peut aussi ralentir votre progression. Les graphismes sont assez bien réussis cependant on peut déplorer la présence de bugs persistants et ce malgré le nombre incalculable de maintenance et mise à jour en tout genre dont le jeu a déjà fait et continue de faire l’objet. Néanmoins, le jeu reste graphiquement très réalistes !

Gameplay: 14/20 – La maniabilité est de bonne qualité, la prise en main est rapide et simple. La séparation entre la zone « neutre » et la Dark Zone est ingénieuse et permet de faire perdurer l’expérience pour le joueur. C’est un peu dommage qu’il y ait plus de missions secondaires que de missions principales sur la map. Il est assez facile de progresser, d’évoluer/optimiser son équipement ainsi que la base d’opération.

La difficulté du jeu est globalement toutefois, en ce qui concerne les ennemis le jeu perd en réalisme avec des combattant plus que robustes qui ne peuvent être éliminés facilement mais qui en revanche peuvent vous abattre aisément qu’importe le niveau de l’équipement que vous portez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s